Menu
AnalyseContentieux

L’inefficacité de l’ordonnance de référé allouant une provision rendue avant l’ouverture d’une procédure collective

18 juillet 2023
Mathilde Cousteau
Associée
Magda Gillaux
Collaboratrice

CA Paris, 15 juin 2023, (RG n°22/18922)

Des jurisprudences récentes des juges d’appel permettent de revenir sur l’articulation délicate entre les ordonnances de référé dans le contexte de l’ouverture d’une procédure collective.

Si, en principe, le recours à une procédure de référé à l’encontre d’un débiteur récalcitrant peut s’avérer être une solution efficace lorsqu’on souhaite obtenir une condamnation au paiement d’une somme d’argent, la situation est plus complexe face à un débiteur qui montre de véritables signes de détresse financière.

Les articles L. 622-21 et 622-22 du Code de commerce rappellent que le jugement d’ouverture d’une procédure collective interrompt ou interdit toute action en justice de la part de tous les créanciers tendant à la condamnation du débiteur au paiement d’une
somme d’argent. Seules les « instances en cours » sont reprises lorsque le créancier poursuivant a procédé à la déclaration de sa créance.

Or, une procédure de référé n’est pas considérée comme une « instance en cours » puisqu’elle ne tend qu’à obtenir une condamnation provisionnelle, et n’a donc pas d’autorité de la chose jugée sur le fond.

Ainsi, la demande de condamnation provisionnelle en paiement formée à l’encontre d’une société placée, par exemple, en sauvegarde après l’introduction de l’instance devient, de jure, irrecevable. Cette irrecevabilité doit être relevée d’office par le juge, et il appartiendra alors au juge-commissaire de se prononcer sur la déclaration de créance.

Le créancier, même muni d’une ordonnance de référé en sa faveur, aura donc perdu plusieurs mois – temps qui lui est pourtant précieux du fait des difficultés de son débiteur.

Avant d’introduire une action tendant au paiement d’une somme d’argent à l’encontre de son débiteur, il convient donc de :

  • s’assurer de sa santé financière ;
  • tenter de trouver une solution amiable ;
  • choisir la voie la plus judicieuse et mesurer le risque juridique lié à l’introduction d’une

procédure de référé en cas de difficultés financières du débiteur.

Pour en savoir plus

contactez l’équipe contentieux

Newsroom
Décideurs 2024Guide Innovation, Technologies & Télécoms

Le Magazine Décideurs nous Classe comme « Excellents » en Droit des Télécommunications

Distinction
27 février 2024
Droit Public

Attention aux prises de parole des élus sur les réseaux sociaux lors d’une consultation publique.

Analyse
12 février 2024
Who's Who Legal 2024

Bradley Joslove in Who’s Who Legal 2024 !

Distinction
8 février 2024
Droit Public

L’absence de pouvoir d’annulation dans le cadre d’un litige relatif à l’exécution du contrat

Analyse
6 février 2024
Droit Public

Le Conseil d’Etat applique la jurisprudence Czajbaj aux recours Tarn-et-Garonne

Analyse
6 février 2024
Droit Public

Le nouveau régime de responsabilités des gestionnaires publics

Analyse
6 février 2024
Droit Public

Le Conseil d’Etat valide l’utilisation raisonnée de caméras de vidéosurveillance « augmentées » par la police municipale

Analyse
6 février 2024
Analyse

Requête 145: Panorama de jurisprudence – 2023

Analyse
24 janvier 2024
Décideurs 2023Guide Capital Investissement

Notre nouvelle associée en structuration de fonds obtient le statut de « forte notoriété » un atout majeur pour notre cabinet.

Distinction
19 janvier 2024
Rejoignez-nous !
Rejoignez un cabinet à taille humaine, dynamique et ambitieux, et renforcez votre savoir-faire au profit d’une clientèle d’entreprises diversifiée, de dossiers variés et techniques, et de projets novateurs !