Menu
Revue de presseLes Echos

Présidentielle : les plates-formes pour un contrat de travail ad hoc

16 mars 2017
Jérôme Bersay
Associé

Emboîtant le pas à la CPME, un cabinet d’avocats suggère aux candidats à la présidentielle la création d’un contrat spécifique pour les travailleurs des plates-formes numériques. Objectif : lever le risque de requalification des contrats. Interview de Jérôme Bersay dans Les Echos.

Après le transport, la livraison et le tourisme, le marché de la sécurité à son tour s’ubérise. BSL Sécurité, une PME de 700 salariés, a développé une appli qui permet, en quelques clics, de commander un agent de sécurité, y compris quelques heures avant la prestation (match, vernissage, meeting, soirée privée). A l’instar des chauffeurs d’Uber, les agents de sécurité disponibles reçoivent une notification sur leur smartphone, libres à eux d’accepter ou pas la mission. Contrairement aux chauffeurs d’Uber, ces agents, agréés par le Conseil national des activités privées de sécurité (Cnaps), placé sous la tutelle du ministre de l’Intérieur, ne sont pas des auto-entrepreneurs, car ce statut n’est pas ouvert aux professionnels de la sécurité. Ces agents n’ont pas davantage accès au CDD d’usage, le secteur de la sécurité étant inéligible à cette forme de contrat.

BSL Sécurité utilise donc le CDD journalier, avec un risque majeur, celui de la requalification en CDI des prestations face à l’empilement des contrats.

 

Au vu des récentes jurisprudences, qui ont conduit à reconnaître à plusieurs travailleurs indépendants le statut de salarié, les plates-formes numériques peuvent écoper d’une facture salée : indemnités de licenciement en cas de rupture, indemnités pour travail dissimulé équivalent à 6 mois de salaire, voire sanction pénale

Alerte Jérôme BersayAssocié, fondateur

 

Aux Etats-Unis, deux plates-formes américaines, Homejoy et SpoonRocket, ont ainsi fermé en 2015, la requalification de leurs travailleurs en salariés ayant détruit leur modèle économique, basé sur le travail low cost.

L’avocat encourage ainsi la création d’un contrat spécifique pour les travailleurs de l’économie collaborative. Le principe ? La plate-forme garantirait un salaire mensuel minimum pour 20 heures de travail par mois, une durée qui pourrait augmenter selon l’activité.

 

Le collaborateur serait salarié de la plate-forme qui disposerait d’un pouvoir de direction, lui permettant notamment de faire appliquer son cahier des charges

Appuie Jérôme Bersay

 

Newsroom
01 Net

Le partage d’abonnements pourrait être remis en cause

Revue de presse
18 janvier 2023
Option Droit & Affaires 2023Classements Private Equity

L’équipe Private Equity intègre les Classements ODA !

Distinction
16 janvier 2023

Bersay conseille Tholitek dans le cadre de la cession de Corelia à Ricoh France

Accompagnement significatif
Deals
Décideurs 2022Guide Fusions & Acquisitions

L’équipe M&A est « Excellente » sur les opérations jusqu’à 75 M€

Distinction
21 décembre 2022
Décideurs 2022Guide Energie, Environnement, Acteurs Publics & Entreprises

L’équipe Droit public est « Excellente » en Régulation des Marchés !

Distinction
20 décembre 2022

Bersay conseille Chemical Computing Group dans le cadre de l’acquisition de Discngine

Accompagnement significatif
Deals
Le Parisien

Froid au bureau : 5 questions sur le chauffage à 19 degrés

Revue de presse
15 décembre 2022
Le Magazine de l'ANDRH

Défaillances d’entreprises : focus sur les procédures collectives

Revue de presse
6 décembre 2022
Bulletin Joly Sociétés

Contrat de travail et convention d’indemnisation du dirigeant de SAS : attentes contractuelles déçues

Revue de presse
1 décembre 2022
Rejoignez-nous !
Rejoignez un cabinet à taille humaine, dynamique et ambitieux, et renforcez votre savoir-faire au profit d’une clientèle d’entreprises diversifiée, de dossiers variés et techniques, et de projets novateurs !