Menu
AnalyseContrats commerciaux

La violation d’une licence de logiciel relève de la responsabilité contractuelle

19 mars 2021

La société Entr’Ouvert a développé un logiciel qui permet à l’internaute de s’identifier qu’une seule fois pour accéder à plusieurs services/sites en ligne. Elle diffusait ce logiciel sous licence libre (GNU GPL version 2) et sous licence commerciale (en cas d’incompatibilité avec la licence GNU GPL, il faut adopter la licence commerciale, c’est notamment le cas lorsque le logiciel doit être intégré fortement à un logiciel propriétaire). La société Orange a décidé d’intégrer ce logiciel pour la réalisation du portail en ligne « Mon service public » qu’elle réalisait pour le compte de l’Etat. Dans ce cadre, Orange a intégré le logiciel d’Entr’Ouvert sous licence libre. Entr’Ouvert a estimé que cette pratique d’Orange n’était pas conforme aux conditions d’utilisation de la licence libre et a donc assigné Orange en contrefaçon de droit d’auteur.

En première instance, les juges ont déclaré Entr’Ouvert irrecevable à agir sur le fondement délictuel de la contrefaçon. Selon eux, au nom du principe de non-cumul des responsabilités, seul le fondement de la responsabilité contractuelle était susceptible d’être invoqué par la société Entr’Ouvert. Ainsi, cette dernière demandait la réparation d’un dommage généré par l’inexécution des obligations contractuelles résultant de la licence et ne devait donc pas agir sur le fondement de la responsabilité délictuelle pour obtenir réparation au titre de la contrefaçon. Entr’Ouvert a interjeté appel de la décision.

Les juges d’appel ont retenu que lorsque le fait générateur d’une atteinte à un droit de propriété intellectuelle résultait d’un acte de contrefaçon, l’action devait être engagée sur le fondement de la responsabilité quasi-délictuelle prévue à l’article L.335-3 du code de la propriété intellectuelle. Cependant, lorsque le fait générateur d’une atteinte à un droit de propriété intellectuelle résultait d’un manquement contractuel, le titulaire du droit ayant consenti par contrat à son utilisation sous certaines réserves, seule une action en responsabilité contractuelle était recevable par application du principe de non-cumul des responsabilités. En l’espèce, la société Entr’Ouvert fondait son action sur le contrat de licence qui liait les parties. Ainsi, elle ne pouvait pas agir sur le fondement délictuel de la contrefaçon.

Cour d’appel de Paris, Pôle 5 – chambre 2, 19 mars 2021, n° 19/17493

Auteurs

Claire
Poirson
Associée
Voir plus
Frédéric
Lecomte
Associé
Voir plus
Guka
Otkhmezuri
Collaborateur
Voir plus
Léa
Monel
Collaboratrice
Voir plus
Newsroom
Option Droit & Affaires 2022Classements Contentieux

Le pôle Contentieux fait son entrée dans les classements Option Droit & Affaires

Distinction
17 mai 2022
Le Point

Claire Poirson : « Le métavers présente des risques de traçage permanent »

Revue de presse
9 mai 2022
Welcome to the jungle

Harcèlement sexuel au travail : le sexisme s’infiltre dans la loi

Revue de presse
3 mai 2022
Le Parisien

Licencié parce qu’il avait déménagé trop loin de son travail – Interview d’Anne-Lise Puget dans Le Parisien

Revue de presse
22 avril 2022
Le Point 2022Palmarès des Meilleurs Cabinets d'Avocats

BERSAY de nouveau distingué dans Le Palmarès Le Point des Meilleurs Cabinets d’Avocats

Distinction
21 avril 2022
Le Point

La ruée vers le métavers – Interview de Claire Poirson dans Le Point

Revue de presse
21 avril 2022
Décideurs 2022Les Trophées du Droit

Trophée d’Or en Fusions & Acquisitions Mid & Small Cap !

Distinction
20 avril 2022
Welcome to the jungle

Comment exprimer ses opinions politiques au travail (sans se prendre la tête) ?

Revue de presse
19 avril 2022
GPO Magazine

Contrôle de l’activité des salariés et nouveaux défis liés à la crise sanitaire

Revue de presse
14 avril 2022
Rejoignez-nous !
Rejoignez un cabinet à taille humaine, dynamique et ambitieux, et renforcez votre savoir-faire au profit d’une clientèle d’entreprises diversifiée, de dossiers variés et techniques, et de projets novateurs !