Menu
AnalyseTechnologies de l'Information

La CNIL rappelle à l’ordre le Ministère de l’Intérieur pour sa mauvaise gestion du fichier automatisé des empreintes digitales

25 septembre 2021

Le Fichier automatisé des empreintes digitales (FAED) est un fichier de police judiciaire d’identification recensant les empreintes digitales de personnes mises en cause dans des procédures pénales. Il permet aux forces de l’ordre de relier une personne à plusieurs identités et ainsi qu’aux précédentes procédures dans lesquelles ses empreintes ont été relevées.

La Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) a procédé à une série de contrôles réalisés dans les locaux du service central de la police technique et scientifique, au commissariat de Boulogne-Billancourt, ainsi qu’au tribunal judiciaire et à la cour d’appel de Paris. Ces contrôles avaient pour objectif de vérifier si la gestion du FAED était conforme aux dispositions de la loi Informatique et Libertés.

En se fondant sur les constatations de la délégation de contrôle, la formation restreinte de la CNIL a prononcé un rappel à l’ordre à l’encontre du ministère de l’Intérieur pour plusieurs manquements à la loi Informatique et Libertés. Ce rappel à l’ordre est publié pour une durée de deux ans.

La CNIL a relevé, tout d’abord, que le traitement de certaines données personnelles dans le FAED (par exemple le nom de la victime) était illicite car celles-ci ne faisaient pas partie de la liste limitative des informations pouvant être enregistrées dans le FAED. De plus, environ sept millions de fiches de signalisations étaient conservées au format papier, dans le « fichier manuel », alors que depuis 2001 seule la conservation dans le fichier informatique était autorisée. Ensuite, la formation restreinte considérait qu’un grand nombre de fiches étaient conservées au-delà des durées de conservation prévues par les textes légaux, à savoir quinze ans ou vingt-cinq ans. Puis, elle estimait que le ministère de l’Intérieur n’avait pas mis en œuvre l’ensemble des moyens proportionnés lui permettant de s’assurer de l’exactitude des données traitées dans le FAED puisqu’il avait été constaté que certaines données contenues dans le fichier auraient dû être effacées. La CNIL considérait également que les mesures de sécurité prises par le ministère pour protéger les données du FAED ne garantissaient pas un niveau de sécurité adapté. Enfin, la CNIL retenait que l’information délivrée aux personnes concernées uniquement par le biais des sites internet du ministère de l’Intérieur et « service public » était insuffisante et n’était pas adaptée aux mineurs.

Par conséquent, la CNIL a imposé au ministère de l’Intérieur de se mettre en conformité avec la loi Informatique et Libertés au plus tard le 31 octobre 2021. Par dérogation, la suppression du « fichier manuel » devra être effectuée au plus tard le 31 décembre 2022.

CNIL, Délibération de la formation restreinte n° SAN-2021-016 du 24 septembre 2021 concernant le ministère de l’Intérieur

Auteurs

Claire
Poirson
Associée
Voir plus
Frédéric
Lecomte
Associé
Voir plus
Guka
Otkhmezuri
Collaborateur
Voir plus
Léa
Monel
Collaboratrice
Voir plus
Newsroom
Option Droit & Affaires 2022Classements M&A

L’équipe Corporate obtient 3 étoiles en M&A !

Distinction
14 novembre 2022
Revue LexisNexis Droit des Sociétés

Le régime des sanctions associées au devoir de vigilance des grandes entreprises : la loi du 27 mars 2017 et au-delà

Revue de presse
9 novembre 2022

Bersay accompagne Entrepreneur Invest dans le cadre du MBO de CEMOM

Accompagnement significatif
Deals
Finance & Gestion

Devoir de vigilance : quel cadre juridique pour la gouvernance RSE ?

Revue de presse
1 novembre 2022
Nomination

Bersay étend son activité avec l’arrivée d’un 4ème associé au sein du département IT, IP et Protection des données

Actualité du cabinet
28 octobre 2022
Décideurs 2022Guide Stratégie Financière et Fiscal

L’équipe Fiscal reconnue Excellente en « Fiscalité des Transactions »

Distinction
19 octobre 2022
Décideurs 2022Guide Capital Humain, Relations sociales et Droit du Travail

L’équipe Droit social reconnue Excellente en « Négociations collectives et Relations sociales »

Distinction
12 octobre 2022
Bulletin Joly Sociétés

Cautionnement du dirigeant associé de SAS et cessation de fonctions : libération et substitution

Revue de presse
12 octobre 2022
Who's Who Legal 2023

Bradley Joslove de nouveau distingué dans Who’s Who Legal 2023

Distinction
27 septembre 2022
Rejoignez-nous !
Rejoignez un cabinet à taille humaine, dynamique et ambitieux, et renforcez votre savoir-faire au profit d’une clientèle d’entreprises diversifiée, de dossiers variés et techniques, et de projets novateurs !