Menu
Revue de presseGestion de Fortune

L’ESG à l’épreuve du cas Orpea

1 avril 2022
Pierre-Louis Périn
Expert en RSE, il dirige la clinique juridique sur la RSE de Sciences Po

Peut-on avoir une confiance aveugle dans les produits estampillés ESG ou ISR ? Les révélations faites dans le dossier Orpea laissent comprendre que l’analyse extra-financière est encore très perfectible. Ce dont ont bien conscience la plupart des gérants et sociétés de gestion qui voient dans cet « incident de parcours», un catalyseur susceptible d’améliorer les process. L’Europe a bien conscience du problème qui travaille à la standardisation des reportings ESG. Interview de Pierre-Louis Périn dans Gestion de Fortune.

Les mauvaises surprises découvertes dans le cadre du dossier Orpea ne sont pas une première. Plusieurs entreprises ont déjà été prises en flagrant délit de mensonge passé. Comme Volkswagen dans le cadre du « dieselgate ». Ces révélations viennent à chaque fois remettre en question la sincérité des entreprises sur leur politique responsable et environnementale et surtout l’efficacité des agences de notation dans leur travail de filtrage des bonnes pratiques.

Comment analysez-vous le cas Orpea ?

C’est un accident industriel qui n’est pas reluisant, les clients ont perdu 3,5 milliards d’euros dans l’affaire. Cela dépasse l’ISR. Et ce, d’autant plus que le titre était suivi par de nombreux
analystes, qui se disent aujourd’hui choqués. Les signaux était nombreux (livres, reportages, rapports parlementaires…). Cela démontre bien que l’accumulation d’analyses extra-financières ne suffit pas. Certains passages ou oublis des rapports financiers auraient dû interpeller sur les risques du business de l’entreprise.

Ce cas va-t-il servir d’électrochoc ?

Ce qui est symptomatique dans ce dossier Orpea, c’est qu’il ne s’agit pas seulement d’un problème sociétal. C’est un problème financier. Au regard du rapport annuel de la société, il était évident que sa structure financière était fragile. Toute augmentation des effectifs (au-delà de 0,6 salarié par patient) l’aurait mis en pertes. Cette seule fragilité aurait dû éveiller les
craintes des analystes. (…)

“Dès 2018, le travail d’engagement de certains gérants révélait un manque d’informations sur Orpea.”

Ce que l’on oublie, dans tout cela, c’est le client. Car lorsqu’il découvre qu’il a en portefeuille des valeurs finalement peu vertueuses en matière environnementale et/ou sociétale, il est déjà trop tard.

Newsroom
L'Express

Aviron, crypto et rock : la folle histoire des inventeurs de Facebook, les frères Winklevoss

Revue de presse
20 juillet 2022
Welcome to the jungle

Congés : pouvez-vous imposer des dates à vos salariés ?

Revue de presse
13 juillet 2022

BERSAY conseille Perspecteev dans le cadre de sa levée de fonds en série A

Accompagnement significatif
Deals
Option Droit et Affaires

Sociétés d’avocats : à quand une concurrence équitable ?

Revue de presse
29 juin 2022
L'Agefi Actifs

Claire Poirson et Charles Koskas : quels points d’attentions juridiques avant d’acheter un terrain dans le métavers ?

Revue de presse
24 juin 2022
Best Lawyers 2023

Best Lawyers 2023 : 5 avocats BERSAY de nouveau distingués !

Distinction
23 juin 2022
La Semaine de l'Ile-de-France

Scandale de la fibre optique : Paris-Saclay plaide pour « la responsabilisation de l’ensemble des acteurs de la filière »

Revue de presse
21 juin 2022
La Lettre M2

« Le droit de propriété dans le Métavers apparaît, à ce stade, précaire », déclare Charles Koskas

Revue de presse
20 juin 2022
L'Usine digitale

Fibre optique : Paris Saclay, tête de pont de la fronde des collectivités contre les opérateurs télécoms

Revue de presse
20 juin 2022
Rejoignez-nous !
Rejoignez un cabinet à taille humaine, dynamique et ambitieux, et renforcez votre savoir-faire au profit d’une clientèle d’entreprises diversifiée, de dossiers variés et techniques, et de projets novateurs !