Menu
AnalysePropriété intellectuelle

Validation en appel de la marque semi-figurative “Vente privée”

18 septembre 2021

La société Venteprivée.com a déposé sa marque semi-figurative « vente privée » en 2013. Celle-ci est constituée de l’expression « vente privée » et du dessin d’un papillon stylisé de couleur rose. Le 19 juillet 2016, la société Showroomprivé.com a assigné en justice la société Venteprivée.com aux fins de l’annulation de sa marque semi-figurative. Par un jugement du 3 octobre 2019, le tribunal de grande instance de Paris a prononcé la nullité de la marque de la société Venteprivée.com. Cette dernière a interjeté appel du jugement.

La cour d’appel a infirmé le jugement rendu en première instance et a validé la marque semi-figurative « vente privée ». Elle a retenu que, si l’expression « vente privée » était générique, la présence du dessin d’un papillon stylisé rose ne faisait pas office de décoration mais participait « à la distinctivité du signe pris dans son ensemble ». Les juges d’appel ont estimé que l’association de ces deux éléments permettait au public de reconnaître les services provenant de la société Venteprivée.com et de les distinguer de ceux d’autres entreprises exerçant dans le même secteur d’activité. Dès lors, la cour d’appel a considéré que la marque semi-figurative « vente privée » était dotée d’un caractère distinctif. En outre, la juridiction a relevé que le dépôt de cette marque n’était pas de mauvaise foi. En effet, elle a retenu que la société Venteprivée.com « n’a[vait] pas procédé à ce dépôt pour nuire à un concurrent en le privant d’un signe nécessaire à son activité, étant relevé que le caractère distinctif de la marque en cause est conféré par le signe figuratif pris dans son ensemble et n’interdit pas aux concurrents d’utiliser l’expression ‘vente privée’ dans son sens usuel ».

La cour d’appel a validé la marque semi-figurative « vente privée » et a condamné la société Showroomprivé.com à payer à la société Venteprivée.com une indemnité de 30 000 euros, en application de l’article 700 du code de procédure civile.

Cour d’appel de Paris, Pôle 5 – Chambre 2, arrêt du 17 septembre 2021, n° 19/20427

Auteurs

Claire
Poirson
Associée
Voir plus
Frédéric
Lecomte
Associé
Voir plus
Guka
Otkhmezuri
Collaborateur
Voir plus
Léa
Monel
Collaboratrice
Voir plus
Newsroom
Option Droit & Affaires 2022Classements Contentieux

Le pôle Contentieux fait son entrée dans les classements Option Droit & Affaires

Distinction
17 mai 2022
Le Point

Claire Poirson : « Le métavers présente des risques de traçage permanent »

Revue de presse
9 mai 2022
Welcome to the jungle

Harcèlement sexuel au travail : le sexisme s’infiltre dans la loi

Revue de presse
3 mai 2022
Le Parisien

Licencié parce qu’il avait déménagé trop loin de son travail – Interview d’Anne-Lise Puget dans Le Parisien

Revue de presse
22 avril 2022
Le Point 2022Palmarès des Meilleurs Cabinets d'Avocats

BERSAY de nouveau distingué dans Le Palmarès Le Point des Meilleurs Cabinets d’Avocats

Distinction
21 avril 2022
Le Point

La ruée vers le métavers – Interview de Claire Poirson dans Le Point

Revue de presse
21 avril 2022
Décideurs 2022Les Trophées du Droit

Trophée d’Or en Fusions & Acquisitions Mid & Small Cap !

Distinction
20 avril 2022
Welcome to the jungle

Comment exprimer ses opinions politiques au travail (sans se prendre la tête) ?

Revue de presse
19 avril 2022
GPO Magazine

Contrôle de l’activité des salariés et nouveaux défis liés à la crise sanitaire

Revue de presse
14 avril 2022
Rejoignez-nous !
Rejoignez un cabinet à taille humaine, dynamique et ambitieux, et renforcez votre savoir-faire au profit d’une clientèle d’entreprises diversifiée, de dossiers variés et techniques, et de projets novateurs !