Menu
ArticleIntellectual property

Validation en appel de la marque semi-figurative “Vente privée”

18 September 2021

La société Venteprivée.com a déposé sa marque semi-figurative « vente privée » en 2013. Celle-ci est constituée de l’expression « vente privée » et du dessin d’un papillon stylisé de couleur rose. Le 19 juillet 2016, la société Showroomprivé.com a assigné en justice la société Venteprivée.com aux fins de l’annulation de sa marque semi-figurative. Par un jugement du 3 octobre 2019, le tribunal de grande instance de Paris a prononcé la nullité de la marque de la société Venteprivée.com. Cette dernière a interjeté appel du jugement.

La cour d’appel a infirmé le jugement rendu en première instance et a validé la marque semi-figurative « vente privée ». Elle a retenu que, si l’expression « vente privée » était générique, la présence du dessin d’un papillon stylisé rose ne faisait pas office de décoration mais participait « à la distinctivité du signe pris dans son ensemble ». Les juges d’appel ont estimé que l’association de ces deux éléments permettait au public de reconnaître les services provenant de la société Venteprivée.com et de les distinguer de ceux d’autres entreprises exerçant dans le même secteur d’activité. Dès lors, la cour d’appel a considéré que la marque semi-figurative « vente privée » était dotée d’un caractère distinctif. En outre, la juridiction a relevé que le dépôt de cette marque n’était pas de mauvaise foi. En effet, elle a retenu que la société Venteprivée.com « n’a[vait] pas procédé à ce dépôt pour nuire à un concurrent en le privant d’un signe nécessaire à son activité, étant relevé que le caractère distinctif de la marque en cause est conféré par le signe figuratif pris dans son ensemble et n’interdit pas aux concurrents d’utiliser l’expression ‘vente privée’ dans son sens usuel ».

La cour d’appel a validé la marque semi-figurative « vente privée » et a condamné la société Showroomprivé.com à payer à la société Venteprivée.com une indemnité de 30 000 euros, en application de l’article 700 du code de procédure civile.

Cour d’appel de Paris, Pôle 5 – Chambre 2, arrêt du 17 septembre 2021, n° 19/20427

Auteurs

Claire
Poirson
Associée
See more
Frédéric
Lecomte
Associé
See more
Guka
Otkhmezuri
Collaborateur
See more
Léa
Monel
Collaboratrice
See more
Newsroom
Option Droit & Affaires 2022M&A's Rankings

The Corporate team won 3 stars in M&A!

Ranking
14 November 2022
Revue LexisNexis Droit des Sociétés

Le régime des sanctions associées au devoir de vigilance des grandes entreprises : la loi du 27 mars 2017 et au-delà

Publication
9 November 2022

Bersay advised Entrepreneur Invest on the MBO of CEMOM

Reference
Deals
Finance & Gestion

Devoir de vigilance : quel cadre juridique pour la gouvernance RSE ?

Publication
1 November 2022
Nomination

Bersay expands its activity with the arrival of a fourth partner in the IT, IP and Data Protection Department

News
28 October 2022
Décideurs 2022Tax and Financial Strategy Guide

Our Taw law team has been rated as “Excellent” in Tax Transactions

Ranking
19 October 2022
Décideurs 2022Human Capital, Labour Relations and Labour Law

The Labour team has been rated as “Excellent” in “Collective Negotiations and Labour Relations”

Ranking
12 October 2022
Bulletin Joly Sociétés

Cautionnement du dirigeant associé de SAS et cessation de fonctions : libération et substitution

Publication
12 October 2022
Who's Who Legal 2023

Bradley Joslove again recognized in Who’s Who Legal 2023

Ranking
27 September 2022
Join us !
Join a human-sized, dynamic and ambitious firm, and strengthen your skills working for a diverse corporate client base on varied and technical matters, and on innovative projects!