Menu
Revue de presseGPO Magazine

Contrôle de l’activité des salariés et nouveaux défis liés à la crise sanitaire

14 avril 2022
Nathalie Cerqueira
Droit social
Claire Poirson
IP-IT-Data Protection

Entre contrainte organisationnelle liée aux nouveaux modes d’exercice du travail et contrainte légale dérivant d’une responsabilité de l’employeur notamment quant à la santé et la sécurité de ses salariés, le contrôle de l’activité des salariés est aujourd’hui très encadré tant pour s’assurer de l’exécution de leurs missions que de la préservation des intérêts de l’entreprise notamment en terme de sécurisation de ses données stratégiques. Article de Nathalie Cerqueira et Claire Poirson, pour GPO Magazine.

1. Quels sont les principes généraux régissant le contrôle de l’activité des salariés ?

La surveillance des salariés et le contrôle de leur activité sont des droits de l’employeur inhérents à son pouvoir de direction lui permettant de garantir la bonne marche de l’entreprise. C’est précisément ce qui octroie un droit à l’employeur de contrôler l’activité de ses salariés.

Néanmoins et de manière générale, quel que soit l’outil utilisé, la démarche de l’employeur doit être :

  • guidée par un motif légitime, qu’il s’agisse de l’intérêt de l’entreprise, le bon fonctionnement du service, le respect d’obligations légales, notamment en termes de durée du travail
    proportionnée à l’objectif poursuivi – il s’agit là de rechercher une adéquation de la mesure prise entre d’une part, le but légitime poursuivi par l’employeur et d’autre part, la contrainte ou l’atteinte potentielle aux droits et libertés individuelles et collectives des salariés, en particulier le respect de leur vie privée, leur liberté d’expression et le secret de leur correspondance et ce, même au lieu et au temps de travail.
  • proportionnée à l’objectif poursuivi – il s’agit là de rechercher une adéquation de la mesure prise entre d’une part, le but légitime poursuivi par l’employeur et d’autre part, la contrainte ou l’atteinte potentielle aux droits et libertés individuelles et collectives des salariés, en particulier le respect de leur vie privée, leur liberté d’expression et le secret de leur correspondance et ce, même au lieu et au temps de travail.

C’est la raison pour laquelle il est, en principe, interdit de placer les salariés sous une surveillance permanente, même si de rares exceptions sont admises, notamment en cas de manipulation d’objets de grande valeur.

Tels sont les principes généraux qui reviennent systématiquement dans les décisions de la Cour de cassation ainsi que dans les recommandations de la CNIL.

Newsroom
01 Net

Le partage d’abonnements pourrait être remis en cause

Revue de presse
18 janvier 2023
Option Droit & Affaires 2023Classements Private Equity

L’équipe Private Equity intègre les Classements ODA !

Distinction
16 janvier 2023

Bersay conseille Tholitek dans le cadre de la cession de Corelia à Ricoh France

Accompagnement significatif
Deals
Décideurs 2022Guide Fusions & Acquisitions

L’équipe M&A est « Excellente » sur les opérations jusqu’à 75 M€

Distinction
21 décembre 2022
Décideurs 2022Guide Energie, Environnement, Acteurs Publics & Entreprises

L’équipe Droit public est « Excellente » en Régulation des Marchés !

Distinction
20 décembre 2022

Bersay conseille Chemical Computing Group dans le cadre de l’acquisition de Discngine

Accompagnement significatif
Deals
Le Parisien

Froid au bureau : 5 questions sur le chauffage à 19 degrés

Revue de presse
15 décembre 2022
Le Magazine de l'ANDRH

Défaillances d’entreprises : focus sur les procédures collectives

Revue de presse
6 décembre 2022
Bulletin Joly Sociétés

Contrat de travail et convention d’indemnisation du dirigeant de SAS : attentes contractuelles déçues

Revue de presse
1 décembre 2022
Rejoignez-nous !
Rejoignez un cabinet à taille humaine, dynamique et ambitieux, et renforcez votre savoir-faire au profit d’une clientèle d’entreprises diversifiée, de dossiers variés et techniques, et de projets novateurs !