Menu
AnalyseContentieux

Rupture brutale des relations commerciales établies : le Juge n’est pas tenu d’expliquer la raison pour laquelle la durée du préavis accordé à la victime de la rupture permettait à celle-ci de retrouver des débouchés.

23 novembre 2023
Frédéric Flatrès
Associé Contentieux

Cass., Com., 18 octobre 2023, n°22-20.438

Par un arrêt du 18 octobre 2023 publié au Bulletin, la chambre commerciale de la Cour de cassation est revenue sur les critères d’appréciation de la durée de préavis devant être accordée en cas de rupture brutale de relations commerciales établies.

Pour rappel, l’article L.442-1 du Code de commerce prévoit que le délai de préavis doit tenir compte « notamment de la durée de la relation commerciale ». L’utilisation de cet adverbe sous-entend donc que ce critère légal n’est pas exclusif.

Dans cette affaire, afin de juger suffisant le délai de préavis octroyé, la cour d’appel s’était fondée à la fois sur le critère de la durée de la relation commerciale (deux ans en l’espèce) mais également sur deux autres critères habituels : l’évolution du chiffre d’affaires de la victime et l’importance de ce chiffre d’affaires dans son bilan.

Le pourvoi attaquait le fait que la cour d’appel, dans son appréciation, n’expliquait pas en quoi le préavis accordé (3 mois en l’espèce) permettait à la victime de retrouver des débouchés. Il contestait également que la cour d’appel se soit fondée sur l’absence de diversification des activités de la victime pour apprécier le délai de préavis.

La Cour de cassation rejette le pourvoi au motif que la cour d’appel ayant apprécié le caractère suffisant du préavis en appliquant le seul critère légal, à savoir celui de la durée des relations commerciales, elle n’avait en aucun cas à exposer la raison pour laquelle le préavis accordé était suffisant pour retrouver des débouchés.

La Cour de cassation vient également rappeler que si le critère légal de la durée de la relation commerciale doit obligatoirement être appliqué pour apprécier la durée d’un préavis, les juges ne sont pas tenus de considérer d’autres critères qui restent facultatifs.

Newsroom
Droit Public

Les conditions d’exclusion d’un candidat à un procédure de passation

Analyse
29 mai 2024
Droit Public

Le Conseil d’État annule la tarification des TER pour 2024 en raison d’irrégularités dans la procédure de fixation des redevances.

Analyse
29 mai 2024
Droit Public

La signature d’un acte administratif via un système de téléservice ne dispense pas d’une mention permettant d’identifier l’auteur

Analyse
29 mai 2024
Droit Public

La jurisprudence Czabaj n’est pas applicable aux recours qui ont été formé avant son intervention

Analyse
29 mai 2024

Congés payés & maladie – Décryptage de la loi n°2024-364 dite DDADUE

Analyse
23 mai 2024
L'Argus de L'enseigne

La requalification d’un congé avec offre de renouvellement en congé-refus

Revue de presse
7 mai 2024
Chambers 2024Litigation

L’équipe Contentieux classé dans Chambers & Partners

Distinction
24 mars 2024
Droit Public

Les candidats ne sont pas tenus de connaître la pondération ou la hiérarchisation des critères de sélection pour la procédure de sélection préalable à la délivrance de l’autorisation d’occupation du domaine public.

Analyse
8 mars 2024
Droit Public

Le juge peut réduire le nombre de titulaires d’un accord-cadre multi attributaires à un nombre inférieur à celui envisagé par le règlement de consultation.

Analyse
8 mars 2024
Rejoignez-nous !
Rejoignez un cabinet à taille humaine, dynamique et ambitieux, et renforcez votre savoir-faire au profit d’une clientèle d’entreprises diversifiée, de dossiers variés et techniques, et de projets novateurs !